EXTENSION DU MUR (1961-1989)

Malgré la construction du Mur, le gouvernement est-allemand dû constater qu’il n’était toujours pas en mesure d’endiguer la migration vers l’Ouest. Au contraire, du fait que le Mur séparait des amis et des parents à Berlin, la pression sur les Berlinois de l'Est et les habitants des alentours de Berlin s’accrut. Les tentatives de fuite à travers les barrières ne cessant pas, le SED continua d’étendre les fortifications. Ce qui au départ n’était qu’un mur unique, se transforma à un système complexe d’obstacles successifs.

Au début, après chaque tentative de fuite réussie, les soldats et les pionniers se contentaient de poser provisoirement de nouvelles barrières derrière le Mur. Après l’établissement officiel d’une zone frontalière entre le Mur et Berlin-Est en 1963, une large zone fut équipée d’installations de défense. Au milieu des années 1960, Le SED fit détruire les immeubles situés sur cette zone, créant ainsi une zone frontalière uniforme assurant aux soldats « une vue non obstruée et un champ de tir clair ». Les années qui suivirent furent marquées par encore plus de barrières à l’intérieur du « no man’s land ». Dans les années 1970, un second mur, le « mur intérieur » fut ajouté, délimitant la zone frontalière avec Berlin Est.

Retour
Mauer im August 1961, Chaussee- Ecke Boyenstraße, Aug. 1961

Le Mur en août 1961, à l’angle de la Chausseestrasse et de la Boyenstrasse. K. Thamm-Bürger, Mémorial du Mur de Berlin.