RAINER EPPELMANN

Pasteur et dissident

A 18 ans, Rainer Eppelmann travaille comme poseur de tuiles pour nourrir sa mère et ses deux sœurs. Son père est maçon à Berlin-Ouest où il réside et possède un passeport ouest-allemand: Le 13 août 1961, le mur est érigé, la famille séparée. Du jour au lendemain, le fils devient responsable de la famille. Avant la construction du Mur, lui et ses sœurs fréquentent un lycée ouest-berlinois qui offre la possibilité à des enfants de l'Est à qui le bac est refusé de passer celui-ci à l'Ouest. Le 13 août 1961 leur scolarité est interrompue. Dès septembre 1961, ils doivent se faire recenser et sont qualifiés de profiteurs de la frontière. Une formation ne leur est pas permise dans un premier temps, de sorte que Rainer Eppelmann travaille sur les toits avant de débuter un apprentissage comme maçon un an plus tard. L'espoir d'obtenir un passeport ouest-allemand par leur père s'envole rapidement et la famille est de toute façon dépendante de lui. Après deux ans de formation, il devient maçon de la coopérative de production des artisans. De nombreux membres de l'Église protestante de Berlin-est y sont employés.

Rainer Eppelmann est appelé sous les drapeaux et refuse le „service en armes“. Depuis le 7 septembre 1964, un décret du conseil de défense de RDA institue la formation d'une unité de construction au sein de l'Armée nationale populaire (NVA). La formation de soldats de la construction revient à l'initiative de l'Église et constitue la seule possibilité de refuser un service militaire armé.

Rainer Eppelmann se souvient qu'il doit jurer obéissance absolue au drapeau national. Promettre une obéissance absolu à une personne ou à un état n'est absolument pas compatible avec ses convictions religieuses chrétiennes. Lui et une autre recrue de son groupe refusent de prêter serment et sont alors condamnés à 8 mois de prison. Dans la prison militaire d'Uckermunde se fixe l'image qu'il se fait de la RDA: un lieu où les autres décident de ce que l'ont doit faire et d'où on ne peut sortir.

Après sa libération, il doit servir 8 mois dans la troupe des soldats de la construction. Des études dans une faculté ou une université lui sont interdites du fait de son refus de servir sous les armes. La seule bonne expérience qu'il connait en RDA, se fait au sein du groupe de jeunes de l'Église protestante. Il fréquente alors naturellement l'école de pasteurs du Paulinum. Elle est l'une des trois facultés de théologie autorisée en RDA afin de répondre au manque de pasteurs. Cette formation n'est cependant pas scientifique. Au cours des 5 années de formation, Rainer Eppelmann se marie et a deux enfants. Il devient ensuite pasteur puis pasteur pour jeunes dans la paroisse Samaritaine à Berlin-Friedrichshain.

En tant que pasteur, il témoigne devant les paroissiens des difficultés et des injustices en RDA: Avec chaque destin, le refus et le mépris pour ce régime deviennent plus forts, se souvient-il aujourd'hui. Son expérience le convainc d'entreprendre quelque chose contre ceux qui amènent d’autres à vivre des difficultés et des humiliations, c'est à dire contraire à sa propre volonté.

Rainer Eppelmann débute une nouvelle forme d'office religieux qui deviendra les „messes blues“

En 1979, 250 personnes se réunissent pour écouter de la musique, lire des passages de la bible et voir des petits sketchs politiques. En 1983, ils sont 7000 de toutes la RDA à venir au temple Samariterkirche. Le gouvernent considère ces offices comme un sabotage de la politique officielle pour la jeunesse. A l'automne 1986, ils sont interdits, mais continueront sous d'autres formes. D’autres groupes pour la paix se forment et d'autres manifestations culturelles remplacent bientôt les messes-blues

Rainer Eppelmann est l'un des membres les plus connus du mouvement religieux pour la paix et les droits de l'homme et le cofondateur en 1989 du parti opposition Percée démocratique.

En 1990, il est nommé ministre sans portefeuille du gouvernement Modrow et après les élections démocratiques, le 18 mai 1990, ministre du désarmement du gouvernement Lothar de Maizière. Jusqu'en 2005, il reste député du parlement fédéral.

Anna von Arnim

Retour
Rainer Eppelmann

Rainer Eppelmann, 2007. Photo: Seyerlein

Rainer Eppelmann

Devant le temple Samariterkirche à Berlin, le 9 novembre 1986, photo: Klaus Mehner, Bundesstiftung Aufarbeitung

DOCUMENTS AUDIOS

Rencontre dans la paroisse.

Messes blues.

Le 9 novembre 1989 au passage de la Bornholmer Straße.

Interview réalisée le 9 fevrier 2001, Mémorial du Mur de Berlin (en allemand).