WERNER COCH

Une décision difficile

Werner Coch qui grandit en RDA, entretient d’étroits contacts avec des parents en Allemagne de l'Ouest. A plusieurs reprises, il passe ses vacances à Brême ou à Hambourg. Durant l’été 1961, il se trouve, alors qu’il étudie à l'Université de technique appliquée de Dresde, en voyage en Europe occidentale. Le fait que cela soit interdit en RDA, n’empêche pas Werner Coch comme nombre d’autres de voyager illégalement.

Le dimanche du 13 août 1961 très précisément à Heidelberg, Werner Coch remarque les gros titres des journaux annonçant le bouclage de Berlin. Il avait obtenu en 1959 son baccalauréat et depuis le 17 juillet 1961 il effectuait un voyage à travers l’Allemagne de l'Ouest, la Suisse, l'Italie et la France. Soudain, il se trouve confronté au dilemme : continuer son voyage ou retourner à Dresde. Werner Coch sait qu'à l'ouest, il devra repasser son bac et recommencer ses études.

Ceci et un message reçu de ses parents, l’amène, le 24 août à rentrer chez lui. Très rapidement il commence à regretter sa décision. Alors que le nouveau semestre débute, les étudiants sont contraints de signer une déclaration par laquelle ils se portent volontaires pour servir dans l’armée populaire si l’état le demande. Werner Coch est un des deux étudiants qui ne se plient pas à l’injonction. Après plusieurs heures passées dans un amphithéâtre verrouillé, il cède et signe la déclaration. Dès lors Werner Coch commence à penser à un moyen pour parvenir à l‘Ouest.

La première tentative de fuite en février 1962 avec un passeport falsifié n’est pas menée à terme. Un an plus tard, il est interpellé en Pologne, après s‘être renseigné auprès du consulat de Danzig sur les possibilités de fuite. Une tentative de fuite par un tunnel dans la Brunnenstraße se solde aussi par un échec. Le Ministère de la sécurité d’état a déjà découvert le tunnel et l‘arrête sur place. 5 mois durant il est interrogé dans la prison de la Stasi. Il n’a droit à aucun contact avec ses parents. Un avocat lui est attribué uniquement pour le procès au terme duquel il est condamné pour « Fuite de la république » à un an et 9 mois de prison. Il accomplit sa peine dans la prison de Bützow-Dreibergen dans le Mecklembourg.

Après sa libération en novembre 1964 et un temps passé en « rééducation dans la production », il reprend ses études à l’automne 1965 à Dresde et travaille ensuite comme ingénieur en technique de procédé.

Maria Nooke

Retour
Werner Coch

Werner Coch en 1962. Photo privée

DOCUMENT AUDIO

Retrour en RDA et ses conséquences.

Interview réalisée le 9 juillet 1999, Mémorial du Mur de Berlin (en allemand).